14 décembre 2018

¡Feliz Navidad!


C'est dans une ambiance festive et chaleureuse qu'on se retrouve aujourd'hui pour un post #horssérie, qui prend forme depuis quelques mois déjà. Amies blogueuses, vous n'êtes sûrement pas passées à côté du chouette projet initié par l'adorable Élodie le premier décembre (et vous en faites même sûrement partie) ; âmes vagabondes, laissez-moi vous expliquer. En octobre, Élodie du blog Serenamente (en savoir plus), s'est lancée le pari fou de réaliser un calendrier de l'Avent collaboratif numérique. Pour ce faire, elle a contacté vingt-trois autres blogueuses (dont j'ai le plaisir de faire partie) pour leur proposer la rédaction d'un article libre, autour du thème de Noël. Même si je n'avais à ce moment-là aucune idée précise du sujet que je m'apprête à aborder, j'ai tout de suite accepté de coopérer et de soutenir le projet. Il est donc grand temps d'ouvrir l'onglet ou case virtuelle numéro 14 et de décoller direction la Péninsule Ibérique. Mais avant de partir en Espagne pour les fêtes de fin d'année, je tenais à remercier ma très chère Élodie pour la confiance qu'elle m'a accordée.


Ai-je vraiment besoin d'expliciter davantage mon choix de rédaction ? Pas pour celles qui me connaissent déjà, je crois. Enfin voyons ! en cette période frileuse de partage, que pouvais-je apporter de plus à la blogo qu'un billet consacré au territoire de mes entrailles ? Pour être totalement honnête avec vous, c'est Élodie qui a suggéré l'idée (je crois décidément que je transpire l'amour pour ce pays et qu'elle me connaît bien). Une fois me l'eut-elle dit ; quelle évidence en résultait-il ! D'autant plus que j'en ai fait mon métier... Enfin bref. Brisons le suspens ; le spectacle peut commencer (pour celles qui sont encore perdues, voici un petit indice pour vous repérer : Espagne : le bilan - À savoir #6). 

disclaimer : article 100% laïque, aucune propagande religieuse n'est vantée


J'imagine que l'aspect religieux qui imprègne fortement la culture hispanique ne vous a pas échappé. Si vous ne l'avez pas étudié à l'école ni même vécu sur place, ne vous étonnez pas de voir que les pas des Espagnols sont fortement (pour ne pas dire aveuglement) guidés par la fe católica (la foi catholique). Et cela remonte à bien longtemps - à l'époque de la Reconquête, en fait -. Ne prenez donc pas peur : je ne prétends pas faire un cours de civilisation. Maiiiiis il est important de comprendre pourquoi la religion catholique règne encore sur le berceau péninsulaire et dans la culture latine en général. Absolument traumatisés par l'invasion des Maures, les habitants de la Péninsule ont commencé à reprendre du poil de la bête en 722, mené par la hargne d'un roi fougueux des Asturies - Pelayo, pour ne pas le nommer -. Mais les chrétiens n'ont pu "récupérer" ledit territoire qu'en 1492, une grande année pour le peuple hispanique. Outre la découverte du Nouveau Monde par ce cher Colón (Cristóbal, pour les intimes), 1492 est une année d'apogée pour le royaume et ses souverains, los Reyes Católicos (les Rois Catholiques). En effet, l'Espagne a vu se publier sa première grammaire (celle qui a figé les règles du castillan, rien que ça), a connu la fin de l'ère mauresque en reconquérant Grenade ; et le progrès n'arrivant jamais seul, a fini par expulser les Juifs du pays (#ironie, guys). En résumé : on met au placard le Moyen-Âge, mais on oublie d'en sortir l'art du vivre-ensemble (on remerciera la Santa Inquisición). Vous l'aurez compris, ces raisons sont - entre autres - la cause de la coloration religieuse du pays (ne perdons pas notre temps à citer les ravages de de la Contreréforme, de la transition vers les Lumières ni le despotisme non-éclairé de Franco). 


Maintenant que vous êtes prévenues, je peux vous l'annoncer : bon nombre des Espagnols ne peut fêter la Navidad sans aller à la messe. Encore une fois, histoire de mieux comprendre (rôh, je vous charrie avec l'histoire !), rattachons-nous aux bases. En Espagne, la période de Noël est une occasion de plus pour se retrouver en famille et célébrer la fin de l'année. On décore les rues au moyen d'illuminations, on fait notre árbol de Navidad (sapin de Noël), on achète notre billet pour participer à la Lotería de Navidad (ou Sorteo Nacional ; comprenez la loterie nationale de Noël) du 22 décembre et on n'oublie surtout pas le pesebre (la crèche). Car le 24 décembre au soir, on fête la Nochebuena (première rencontre avec la teinte religieuse). Il s'agit en fait de ce que nous connaissons comme étant le Réveillon de Noël ; soit la nuit de fortune durant laquelle Jesús est né. On attend donc avec impatience minuit afin de pouvoir mettre le petit Jésus dans la crèche - ...si j'ose dire - et aller à la messe (la Misa de Gallo). Le lendemain, on fête la Navidad (Noël), et donc la naissance de Jesús. Les enfants espagnols n'ouvrent pas leurs cadeaux le 24 ou le 25 décembre comme chez nous ; ils doivent attendre l'arrivée des Rois Mages (Reyes Magos), le 6 janvier. L’Épiphanie, ou el Día de Reyes, est attendu de tous, en Espagne, comme en Amérique Latine. En plus d'être l'occasion de déguster la célèbre galette des Rois (el roscón de reyes), les enfants qui ont été sages toute l'année reçoivent de la part des Reyes Magos (ne brisons pas la magie du moment), des bonbons lors des Cabalgatas, tandis que ceux qui n'ont pas été gentils se voient offrir du charbon. Les fameuses Cabalgatas ont lieu un jour avant el Día de Reyes. Ce sont des défilés durant lesquels les enfants peuvent rencontrer ceux qui remplacent notre Papa Noël (il aurait beaucoup trop de boulot, sinon...). C'est à ce moment-là que se clôturent officiellement las fiestas navideñas (les fêtes de Noël) pour les Espagnols. 


Pour la Saint-Sylvestre, on dit qu'on fête la Nochevieja (la nuit qui clôture l'année en cours). C'est l'occasion pour les madrilènes de se retrouver à la Puerta del Sol pour admirer, champagne en main et raisins en bouche, les illuminations et les feux d'artifices accueillant la nouvelle année. Effectivement, si comme nous, les Espagnols bridan (trinquent) pour la nouvelle année, ils ne passent surtout pas à côté de la tradition des douze raisins qu'ils gobent à chacun des douze coups de minuit. Cela leur apporterait bonheur et sérénité tout au long de l'année. Puisqu'on est partie dans les traditions, faisons un tour à Cuba, où la célébration de Noël a été prohibée pendant plus de trente ans par le régime communiste de Fidel Castro (les Cubains ne peuvent fêter Noël légalement que depuis 1997). Revenons à nos moutons. Pour fêter le Nouvel An (el Año Nuevo), nos amis les Cubains ont l'habitude de brûler une marionnette symbolisant l'année passée, de faire le tour de leur quartier avec une valise en main pour augurer les bons voyages et de mettre de l'argent dans leurs chaussures, afin de faire bonne fortune. En Colombie, par exemple, on reprend quelques-unes de ces coutumes et on y ajoute le port d'un slip jaune présageant joie et bonheur, et on fait flamber nos vieilles fringues (de la même façon qu'on crame une marionnette à Cuba), pour tirer un trait sur l'année écoulée. Saviez-vous également que les fameuses ponsiettias de Noël sont des fleurs d'origine mexicaine, arborées depuis des siècles par les Mayas ? 


Je pourrai vous parler pendant des heures de ces rites culturels, tous plus passionnants les uns que les autres, mais je comprends que vous ayez marre de mes articles à rallonge. Alors, faisons un point rapide sur le menu. Pour être tout à fait honnête avec vous, je n'ai jamais connu un repas de Noël espagnol, alors je ne pourrai pas vraiment vous éclairer sur le sujet. En revanche, ce que je peux vous affirmer, c'est que le comptoir sucré est plutôt doux et varié. Turrones, mazapanes, et polvorones sont de sortie pour notre plus grand plaisir ; car même si les Espagnols ne sont pas experts en dessert, avouons que côté mignardises, ils se débrouillent plutôt bien. Et puisqu'on y était il y a peu, en Amérique Centrale, on mange des tamales (une sorte de papillotes de viandes variées et de légumes típicos, enveloppés dans des feuilles de bananiers ou de maïs) qu'on accompagne au Guatemala d'un punche de fruits, d'un café ou de chocolat (véridique). Intrigant, non ? 

En espérant que ce petit tour du côté de l'Espagne et de ses (anciennes) colonies vous a plu et qu'il vous a donné envie de passer un Noël différent. Sur ce, os deseo una ¡feliz Navidad! y un ¡própero Año Nuevo!


et vous, comment fêtez-vous noël ?

pssst...! restez connectées ! rdv instagramesque pour un #concours de noël samedi [CONCOURS FERMÉ]

12 commentaires:

  1. Coucou ma douce,
    Vraiment top cet article ! Tu m'as appris pas mal de choses ;)
    Pleins de bisous et bon week-end !
    Bises <3

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hello Clarisse,
      Merci pour ce chouette retour !
      Des bisous ♥

      Supprimer
  2. Coucou ma belle,
    Oh mais quel joli article, j'ai appris plein des choses sur les traditions en Espagne et c'était hyper intéressant ! Bon par contre, donner du charbon aux enfants pas sages, c'est pas très sympa ahah ! Autant se tenir à carreaux du coup lol
    Je t'envoie plein de bisous et merci d'avoir accepté de participer à ce projet <3

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hello Élodie,
      Je suis ravie que ce post t'ait plu. Merci encore de m'avoir fait confiance pour cette chouette aventure.
      Plein de bisous, à très vite ♥

      Supprimer
  3. Coucou! Noël à La Réunion c'est d'abord la cérémonie religieuse avant de faire la fête, de déguster le repas et de profiter de ses proches.
    Des bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hola Nina,
      C'est toujours enrichissant d'en apprendre plus sur les diverses traditions. Merci pour ce partage.
      Des bisous ♥

      Supprimer
  4. Coucou
    Tu va rire mais j'étais au courant que les enfants recevaient leur cadeau le 6 janvier grâce aux... Télétubbies ! Il y avait eu une émission ( il y a fort longtemps...) sur les différents Noël à travers le monde dont l'Espagne. ^^
    Merci pour ce joli partage festif .
    Bon week-end

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hello Natie,
      Ahah, sympa l’anecdote ! Il faudrait que je la regarde cette émission.
      Merci pour ce petit mot.
      Des bisous ♥

      Supprimer
  5. Coucou ma belle! Super post, qui me parle tout particulièrement puisque je vais passer Noël... à Madrid ! J'ai hâte, ça a l'air tellement beau <3 des bisous!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hello ma jolie,
      Ah là, là, quelle chance ! J'espère que tu en as bien profité.
      Des bisous ♥

      Supprimer
  6. Coucou :)
    Et bien franchement merci beaucoup pour ce moment d'histoire sur Noël en Espagne et même l'histoire de l'Espagne, ça me rappelait l'école et en fait je me souviens de certaines choses c'est rassurant. Je ne savais pas du tout qu'ils ne fêtaient pas "Noël" comme nous, les cadeaux tout ça etc.. C'est intéressant pour sa culture générale d'apprendre qu'ils ouvrent les cadeaux que le 6 janvier. Merci aussi pour les cultures cubaines et colombiennes, j'ai vraiment appris plein de choses grâce à ton article. C'était très captivant.
    Bisous tout plein et bonnes fêtes :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hello Carole,
      Quel plaisir de te trouver par ici ! Je suis ravie que ce post t'ait plu et qu'il ait ravivé ces souvenirs.
      À très vite. Des bisous ♥

      Supprimer