8 septembre 2017

Espagne : le bilan - À savoir #6

| SIX MOIS EN ESPAGNE | 
pourquoi et comment ERASMUS a changé ma vie
 - ou comment j'ai grandi -


À l'occasion de la rentrée scolaire, parce qu'il n'est pas encore temps de se lancer dans l'aventure, mais que c'est toutefois le moment d'y réfléchir, j'ai décidé de vous livrer mon expérience en Espagne avec le programme ERASMUS. Non pas que je considère avoir les lumières pour vous livrer les secrets d'une expérience réussite, mais je me disais qu'un petit point pourrait aider celles et ceux qui hésitent encore à vadrouiller loin des leurs. Ce post n'est rien qu'un bilan personnel/recueil de conseils, qui, je l'espère vous plaira et vous sera utile. 


UNE OPPORTUNITÉ EXCEPTIONNELLE

Que vous partiez ou non avec ERASMUS, avoir la possibilité de quitter son pays pour quelques mois est plus qu'une opportunité ; c'est une chance, une occasion qu'on n'aura peut-être jamais plus dans notre vie. Dans mon cas, je suis partie dans le cadre de mes études, afin de terminer ma licence. Mon université d'origine a plusieurs partenariats pour des échanges internationaux, et nombreux sont ceux qui font partie de mon cursus. Je n'ai donc eu aucun mal à trouver une université qui proposait des cours adaptés à ceux que je suivais en France. Mais avant tout, il faut...

se sentir prêt(e)


Outre tous les aspects que je vais développer par la suite, il est évident, avant de sauter le pas, de se sentir prêt(e). Pour ma part, cela faisait deux ans que je préparais concrètement mon départ (sans compter le souhait de partir qui est apparu bien plus tôt, comme vous vous en doutez sûrement). Certains auront, comme moi, besoin de beaucoup de temps pour s'organiser et intégrer psychologiquement un tel changement, d'autres seront beaucoup plus confiants et ne nécessiteront pas un si large délais.
Comme je vous le disais, donc, j'ai planifié mon départ deux ans à l'avance ; déjà d'un point de vue économique. Pour cela j'ai travaillé deux saisons pleines pour me faire un maximum d'argent pour pouvoir assurer la vie sur la place mais aussi me faire plaisir (sachant que les étudiants ERASMUS bénéficient d'aides plutôt généreuses). Ensuite, il a fallu que je me sente suffisamment mature pour m'en aller loin de mes proches. Bon, finalement, même au bout de deux ans de préparation psychologique, j'ai beaucoup appréhendé la séparation. J'ai versé beaucoup de larmes avant de partir, mais pas une seule fois en route, ni même arrivée. En fin de compte, c'est partir d'Espagne qui m'a le plus coûté, et j'ai au moins pleuré le double. Sympa pour les proches, je sais. Pour finir, je voulais attendre d'avoir plus d'assurance et de confiance en moi avant de partir car je suis une grande timide et j'avais besoin de me lancer, plus qu'on me tienne la main. La fin de la licence me paraissait donc être le moment le plus propice afin de rentrer en Master plus rodée que jamais. Encore une fois, mon assurance n'avait pas atteint le niveau que j'espérais, mais au moins, j'en ai gagné sur place. 

bien choisir sa destination 


Le choix de la destination n'est pas qu'un simple détail et il faut effectivement réfléchir à certains aspects dont on ne se doute pas forcément dans la hâte et la précipitation. On peut effectivement choisir de voguer où le veut le cœur, comme ce fut le cas pour l'une de mes amies. On peut également faire un choix plus stratégique en se posant les questions suivantes :
- pour quelles raisons ai-je décidé de partir ? 
- quelles considérations dois-je porter à la langue et la culture ? 
- quel est mon budget ?
... questions auxquelles j'ai moi-même répondu :
→ sachant que je suis en études hispaniques, je pars dans le but de terminer ma licence, m'imprégner de la langue et de la culture espagnole afin de satisfaire au mieux mes préoccupations actuelles et poursuivre mes études avec un bagage supplémentaire. 
→ très hautes, puisqu'elles concernent de très près mon projet professionnel, mais aussi humanitaire. 
→ plutôt moyen, mais comme j'ai économisé et que j'ai la chance de recevoir des aides, je peux ne m'embarrasser qu'à moitié avec l'aspect économique. 
Mais alors, où partir ? Face à cette problématique et à la stratégie de considérer le nombre de places disponibles par université, mon choix s'est porté vers une petite ville non loin de la capitale. Au début, je souhaitais partir vers Valencia ou en Andalousie, mais ces destinations sont très prisées par le public de mon âge. De plus, on n'y parle pas castillan comme on le parle dans la Communauté de Madrid. D'un point de vue culturel, Madrid est aussi une ville très importante puisqu'elle est la capitale du pays, regorge de musées et de coins historiques. Parfaits pour les études. Le fait d'être tout près de Madrid est également intéressant en ce qui concerne le logement puisqu'il est effectivement moins cher en périphérie. Enfin, je connais bien la côte valencienne et je n'avais jamais mis les pieds ailleurs en Espagne, c'était donc l'occasion de découvrir autre chose. J'aurais pu partir en Amérique latine, car ma faculté était en partenariat avec notamment Bogotá ou Lima, mais pour faire écho au point précédent, je ne me sentais pas prête de partir si loin (d'autant plus qu'il fallait partir une année entière). 

en profiter pour vadrouiller 


Si vous partez avec le programme ERASMUS, vous pourrez bénéficier d'aides qui vous soulageront très franchement pour pouvoir vous épanouir dans votre expérience. Et même si vous n'êtes pas étudiant ERASMUS, d'ailleurs, vous pourrez en profiter pour partir à l'aventure. Encore une fois Madrid était un choix intéressant puisque c'est le cœur de l'Espagne et que la ville regroupe tous les moyens de transports. Sans partir trop loin et avec un petit budget, on peut partir une journée, un weekend. Pour ma part, j'ai beaucoup travaillé, mais il était hors de question que je reparte sans avoir visité certains coins. Je vous dévoile d'ailleurs un #carnetdevoyage par mois en ce moment-même sur le blog. 

UN SÉJOUR CULTUREL ET LINGUISTIQUE 
l'auberge heure espagnole : s'adapter


Partir six mois, c'est finalement partir habiter, vivre dans le pays de destination, le but étant de s'immerger totalement dans la vie quotidienne. On doit donc s'adapter, adopter un nouveau mode de vie sans pour autant changer ce qui nous plaît de la nôtre. Mais forcément, il y a des choses qu'on ne peut pas renier. En suivant des cours dans une université espagnole, il a bien fallu que je suive un rythme de vie cohérent avec celui de la fac. J'essaye d'introduire ici la fameuse heure espagnole. Honnêtement, de part ma connaissance du pays et des origines, cela ne m'a pas tant dépaysée que ça car j'ai l'habitude de manger tard, mais sûrement pas à quinze heures. Eh oui, mon rythme était le suivant : 8:00 desayuno, 14:30-15:30 → almuerzo, 18:00 → merienda (quand je ne zappais pas cette étape) et 21:00-22:00 → cena. Pas facile donc, pour suivre la chrononutrition dont je vous parle sans cesse. Il faut dire que le climat se prête particulièrement au jeu, car l'après-midi, il est impossible de sortir sans cramer sur place. Dès la première semaine de mars, il a commencé à faire trente degrés, puis vers mai, les thermomètres ont indiqué jusqu'à quarante-deux degrés. Et donc pendant ce temps, dormía la siesta - ou shopping, aussi... - Mais surtout, je travaillais beaucoup.

pratiquer 


Partir c'est aussi pratiquer tant la langue que la culture. C'était l'occasion pour moi de vaincre ma timidité et de gagner en fluidité dans mon langage oral. Évidemment, quand on débarque dans un pays inconnu où l'on parle une langue inconnue, l'expérience doit être totalement différente. On doit faire face aux aléas de la vie quotidienne comme aller chez le médecin par exemple où je me suis rendue trois fois... Finalement, on apprend à se débrouiller et à surmonter l'épreuve de l'oral, que ce soit en cours, ou dans la vie de tous les jours. Plus on pratique, plus on se fond dans la masse, car même avec un bon niveau et un accent impec', les natifs repèrent que vous êtes étrangers. En Espagne, c'est la politesse qui nous trahit parfois. Là-bas, on nous appelle les oh là là. Par exemple, quand vous rentrez dans une boulangerie et que vous dites "bonjour", "s'il-vous-plaît", "merci" et "au revoir", vous êtes démasqués : vous êtes français. D'ailleurs, en Espagne, on ne dit pas "au revoir" (ou que très rarement), on préfère "hasta luego". Donc quand vous allez chercher du pain, la formule, c'est : "pan, por fa'" y ya está

UN ENRICHISSEMENT PERSONNEL
grandir

Le point fort d'une expérience à l'étranger, c'est de partir avec des objectifs prédéfinis, de les accomplir, mais surtout d'en accomplir d'autres qu'on ne soupçonnait même pas. Même si on part déjà avec une certaine maturité, on revient encore plus grand et fort. Laisser ma famille derrière moi pendant six mois était une grande première. J'ai cru que je n'y arriverais pas, mais je l'ai fait. C'était aussi pour moi une façon de me prouver que je pouvais me débrouiller seule, et ne plus être ce grand bébé de vingt ans. Même si la vie a voulu que j'apprenne tôt à gérer des bricoles du quotidien, l'expérience veut qu'on se mette un coup de pied aux fesses et qu'on devienne encore plus autonome. On gère effectivement le budget, le temps, mais aussi ses émotions ; il faut se surpasser. De nature très timide, je n'avais pas d'autres choix que d'aller vers les gens. Rien que le fait de demander mon chemin, d'aller chez le médecin et lui expliquer mes problèmes les plus farfelus ; être finalement lâchée dans la nature avec rien d'autre que mon instinct de survie. Aujourd'hui, je suis fière de dire que j'ai pu et surtout su le faire. J'ai été capable de surmonter ma timidité. Par exemple, je me suis forcée à faire un oral sans mes notes face à des natifs, à les regarder lorsque je parlais, à ne pas avoir peur de bafouiller ou de dire des bêtises. Ce n'est peut-être pas grand chose pour certains, mais croyez-moi, c'est beaucoup pour moi. Je dirai que grâce à l'Espagne, je suis sur la bonne voie pour prendre enfin confiance en moi. D'ailleurs, si en revenant vos comptes sont vides, votre esprit et votre cœur, eux, seront remplis de bonheur. Le plus dur, c'est le retour.

s'épanouir


Prendre progressivement confiance en soi, c'est aussi la clé de l'épanouissement. On prend conscience de ce que l'on vaut, de qui on est. Cette expérience m'a aussi permis de confirmer que je suis bien dans ma voie d'études et n'a fait que renforcer l'amour que j'avais déjà pour l'Espagne et l'espagnol. Parce qu'évidemment, à force de pratiquer, comme je le disais tout à l'heure, on progresse, on prend des automatismes du langage oral et on peut échanger. S'épanouir c'est aussi se faire des amis, ou renforcer des liens avec ses proches. On rencontre de belles personnes, de moins belles, mais sachez que si vous partez en tant qu'étudiant, il y a une très forte communauté ERASMUS et de nombreux organismes mis à disposition pour ceux-ci. C'est aussi le moment où l'on peut s'accorder de faire un tri dans sa vie. C'est en partant loin de tout qu'on voit à qui on manque et qui nous manque. Loin des yeux, près du cœur, comme on dit... ou pas. Il faut avouer qu'il est parfois difficile de se gérer émotionnellement, surtout lorsqu'on est seul. J'ai eu la chance de partir avec une personne qui m'est très chère, donc nous avons pu nous soutenir dans les moments de faiblesses, mais aussi vivre des aventures inoubliables. Évidemment, papa, maman, le petit frère, le chéri, le chat, tout ce petit monde nous manque, mais quand on est deux, l'épreuve est facilement surmontée. Moi qui suis une pleurnicharde, de tout mon séjour, je n'ai pas versé une seule larme de tristesse. Comme je le disais, le pire, c'est de partir. Ce que je retiens mon expérience, c'est que j'ai aimé la vie dans ce pays et que je me suis pleinement épanouie.

prendre conscience du monde qui nous entoure


Ce point peut parfois se révéler être un sujet fâcheux puisque chacun évolue à sa manière. Pour ma part, ma prise de conscience n'a finalement été que l'aboutissement d'un long cheminement : j'ai fait le choix d'arrêter définitivement la viande pour diverses raisons qui me sont propres. J'avais déjà fait un pas vers le végétarisme lorsque j'avais douze ans puis j'avais repris à manger de la volaille et du porc, mais maintenant, c'est fini. Je ne m'étalerai pas sur le sujet, car il fait bien souvent débat, mais c'est ma façon d'évoluer. J'ai tout simplement pris conscience du monde qui m'entoure, de la chance que j'ai de pouvoir prendre en main mon destin, de faire des études, de manger à ma faim et surtout d'avoir eu l'opportunité de partir étudier à l'étranger. J'avoue ne pas avoir choisi le pays le plus facile pour arrêter de manger de la viande, car si vous connaissez un peu, vous savez que c'est ancré dans la culture, mais c'est justement ce qui m'a donné le déclic. Dans la même lancée, je me suis engagée dans la lutte contre les tests sur les animaux et autres atrocités que j'ignorais il y a peu (un article explicatif est prévu d'ici peu). Et que dire de plus, sinon que je me réveille chaque jour en pensant à l'Espagne, à la chance que j'ai eue. Je rêve seulement d'y retourner... peut-être définitivement.

Voilà pour ce looong post. Vos avis sont, comme toujours, les bienvenus et je suis très curieuse de savoir si vous avez déjà vécu ce type d'expérience ou si vous envisagez de vous lancer. Si vous avez des questions sur des sujets que je n'ai pas traité, je me ferais un plaisir de vous répondre. En attendant, prenez grand soin de vous.

19 commentaires:

  1. Hello, je suis vraiment en accord avec tout ce que tu dis là, j'ai vécu la même expérience il y a peu de temps et j'avais parcouru plusieurs blogs pour avoir une idée générale et je trouve que ton article résume bien cette expérience.
    Bon courage pour la suite,
    Bisous de Justine!
    #palmiers

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hello à toi,
      Merci pour ton passage et surtout d'avoir pris le temps de me lire, je suis très touchée.
      A bientôt sous les palmiers... Ou pas.
      Plein de bisous Juju ♥

      Supprimer
  2. Ton expérience me fait rêver, j'adorerai faire un semestre à l'étranger ! C'est génial que tu aies pu faire ça ma beauté! On sent que tu as énormément appris et c'est vraiment top ! Plein de bisous <3

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hello Mara,
      Si tu en as l'opportunité, saisis-là, c'est une expérience magique et exceptionnelle. Comme tu le dis, j'ai appris, et j'ai surtout grandi...
      Des bisous ♥

      Supprimer
  3. Coucou ma belle !
    J'espère que tu vas bien ? :)
    Je suis de retour après une semaine de vacances au soleil autant te dire que j'ai froid à Paris haha xD
    Je te remercie pour le partage de ton expérience autour de ton ERASMUS ! Quand j'étais à la fac il m'arrivait d'y penser mais malheureusement je n'avais trouvé de fac dans le pays que je voulais pour faire une partie de mon master à l'étranger sinon j'aurais sauté sur l'occasion !! L'Espagne est vraiment une belle destination qui d'ailleurs correspondait bien à ton parcours ! Ça t'a apporté beaucoup aussi bien d'un point de vue scolaire avec l'apprentissage de leur culture et langue mais aussi personnel pour vaincre ta timidité (il m'arrive d'être timide surtout quand je connais pas les personnes au début je sais que c'est pas évident xD) et c'est juste top ! :)
    Gros bisous ma douce <3

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Mervé,
      Je vais bien, je te remercie, j'espère que toi aussi et que tu as passé de bonnes vacances.
      C'est moi qui te remercie d'avoir pris le temps de me lire. C'est dommage, c'est sûr, mais parfois les pays/cursus ne sont pas en rapport avec nos études... C'est vrai que j'ai eu beaucoup de chance !
      En tout cas merci beaucoup pour ton mot, j'espère que tu auras l'occasion de t'évader où te guide ton cœur.
      Des bisous ♥

      Supprimer
  4. Il ne faut pas avoir peur de partir loin :/ Déjà que je suis à 600 km de ma famille (bon ça se passe très bien, j'en suis même ravie) mais il y a toujours un manque.
    Mais ça à l'air d'être une super expérience, découverte du pays et rencontre de plein de monde :)
    A bientôt, eloonly

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hello ma belle,
      C'est vrai. C'est pour ça que, comme je le disais, il faut à tout prix se sentir prêt(e). On est tous différents, et on vit tous les expériences d'une manière ou d'une autre. Quoi qu'il en soit, il ne faut surtout pas se forcer. C'est tout à fait normal d'avoir peur, et jusqu'à mon départ, j'ai eu peur et je disais "je ne veux pas y aller". Puis, finalement, deux semaines avant le séjour, je me répétais "je ne veux pas rentrer"...
      En tout cas, merci pour ton passage.
      Des bisous ♥

      Supprimer
  5. Coucou ma belle,
    J'étais passée te lire sur le téléphone mais je n'avais pas encore eu le temps de commenter^^
    Ton article est hyper intéressant et je t'admire d'avoir réussi car je ne sais pas si j'aurais réussi à être longtemps loin de ma famille ! Heureusement, j'ai la chance de voyager de temps en temps alors ça compense un peu :)
    Plein de bisous à toi et je te souhaite de vivre en Espagne si ça permet de te rendre heureuse ! <3

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hello Élodie !
      Toujours fidèle au poste, et c'est toujours un plaisir de voir un commentaire de ta part. Ton petit mot me fait très plaisir, je suis ravie que mon post t'aie plu.
      Je te comprends, ce n'est pas vraiment évident...
      Des bisous à toi ♥

      Supprimer
    2. (Pardonne-moi les fautes, je suis très tête en l'air. Ait*)

      Supprimer
  6. Hello!
    Merci pour ce joli post sur ton expérience Erasmus. Tu as eut bien raison de tenter l'aventure. J'aurais bien aimé faire comme toi à l'époque. C'est la seule chose que je regrette un peu au niveau de mes études, ne pas en avoir profité pour étudier ne serait ce que quelques mois à l'étranger pour parfaire mon espagnol ou mon anglais. En tous cas j'espère que ton article motivera des lectrices en franchir le pas et tenter l'aventure Erasmus!
    Bisous et bonne aprem
    Mimi

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hello Mimi,
      Merci à toi pour ce gentil mot. Je te comprends, c'est vraiment une opportunité en or qu'on n'aura malheureusement plus jamais.
      Je l'espère aussi, ou en tout cas, de lever le voile sur certaines craintes ou certains tabous... qui sait.
      Des bisous ♥

      Supprimer
  7. Tres interessant a lire!
    Bonne soiree!
    Photographe Gil Zetbase

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hello,
      Merci beaucoup pour le passage. Ravie que ce post vous ait plu.
      Bon dimanche.

      Supprimer
  8. Ton article est très bien construit et me fait rêver encore plus d'évasion..

    Au plaisir de te retrouver sur mon blog Pretty Tiny Things!

    Bises,

    Emily de PTT

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hello à toi, Emily,
      Merci beaucoup pour ton mot. Des carnets de voyage sont régulièrement mis en ligne si tu souhaites t'évader encore plus...
      A très vite ♥

      Supprimer
  9. Ca me donne plus d'envie de visiter l'Espagne!!
    J'y aura un voyage en décembre.
    Merci de votre bon partage :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hello,
      Merci pour votre passage. En vous souhaitant une belle découverte de cette très chère péninsule ibérique. :)

      Supprimer